1792, ENTRER EN RÉPUBLIQUE

1792, ENTRER EN RÉPUBLIQUE

ANR Actapol (IHRIS Lille-GHRis Rouen-CHEC Clermont-Ferrand)
IHRF (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne)
Société des études robespierristes

Jeudi 20 et vendredi 21 septembre 2012

Auditorium de l’Hôtel-de-Ville de Paris (le 20)

Salle 1 du Centre Panthéon de l’Université Paris I (le 21)
Il faut aussi bien noter le changement de lieu pour la journée de vendredi 21 septembre. Désormais : grands salons de la Sorbonne (entrée 47 rue des écoles – métro Cluny-Sorbonne).

Comité d’organisation : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Duprat, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Pierre Serna, Cyril Triolaire.
Comité scientifique : Sylvie Aprile, Jean Bart, Vincent Bourdeau, Malcolm Crook, Jacques Guilhaumou, Andrew Jainchill, Raymonde Monnier, Lluis Roura, Anne Simonin, Timothy Tackett, Michel Vovelle

Pour commémorer le 220e anniversaire de la Première République, le présent projet de colloque entend interroger le « moment républicain » ouvert à l’été 1792. Entrer en république n’allait pas forcément de soi, malgré la suspension provisoire du roi, ni pour les citoyens qui élirent leurs représentants à la Convention nationale, ni pour ceux qui furent appelés à y siéger. La république est alors tout à la fois un horizon d’attente et un modèle politique, qui renvoie à des expériences de nature diverse, républiques anciennes, républiques modernes, républiques récemment nées d’expériences révolutionnaires. N’ayant jamais été formellement proclamée, la Première République est-elle un choix par défaut, l’aboutissement d’une maturation née des spécificités du processus révolutionnaire depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’ambition d’un dépassement des expériences républicaines antérieures ? La réponse est évidemment plurielle ; pour autant, il est sans doute possible de dépasser la variété des options individuelles pour comprendre et analyser « un choix » devenu collectif, au moins de fait.

La rencontre sera organisée en deux temps. Le premier permettra de porter les regards sur les concepts, les idées, les représentations, mais aussi les premiers débats autour des projets de constitution. Par le biais des adresses, de la presse, d’autres sources encore, il conviendra tout d’abord de s’interroger sur la perception/réception de ce « nouveau régime » par les citoyens, mais aussi à l’étranger, d’autant que le procès du roi marqua très vite les esprits par le caractère irréversible et désacralisateur de l’acte régicide. Puis, la Constitution de 1791 étant de facto caduque, mais son organisation des pouvoirs demeurant en partie agissante (ainsi pour les autorités locales), la nécessité même de créer dans l’urgence et dans un contexte de guerre de nouvelles institutions exige l’évocation des premiers débats autour de la nouvelle constitution en gestation. Le second temps du colloque sera, quant à lui, réservé aux membres de la nouvelle Assemblée née des conséquences du 10 août 1792. Timothy Tackett a montré comment les Constituants étaient « devenus révolutionnaires ». Siéger à la Convention nationale supposait, dès le 21 septembre, de « devenir républicain ». Ces représentants du peuple durent, non pas « inventer » la république, mais poser les bases d’une de ses déclinaisons possibles, sans pour autant que les toutes premières séances de l’Assemblée donnent lieu à des débats théoriques sur le régime politique. Influencés par leurs expériences politiques et/ou administratives, par leurs prises de position entre printemps et été 1792, par les réseaux et les électeurs auxquels ils étaient liés, ces hommes eurent non seulement eux aussi à « entrer en république », mais durent en fonder les institutions. Dès lors, les premières semaines et au-delà les premiers mois de la République constituent un observatoire de tout premier choix pour qui veut chercher à comprendre « comment les députés de 1792 sont devenus républicains ».

Jeudi 20 septembre 2012

FONDER LA RÉPUBLIQUE

Matin

  • 9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
  • 10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
  • 10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
  • 10h40 pause
  • 11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
  • 11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
  • 11h40-12h15Débats

Après-midi

  • 14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
  • 14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
  • 14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
  • 15h10 pause
  • 15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
  • 15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon III), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
  • 16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
  • 16h30-17h15 Débats

Vendredi 21 septembre 2012

Matin

ÉLIRE LA CONVENTION NATIONALE

  • 9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
  • 9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
  • 9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
  • 10h pause
  • 10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
  • 10h40 Frédéric Régent (Université Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
  • 11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
  • 11h20-12h Débats

Après-midi

PARLER AU NOM DE LA RÉPUBLIQUE

  • 14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
  • 14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
  • 14h40 pause
  • 15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
  • 15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
  • 15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
  • 16h-16h45 débats
  • A partir de 17h commémoration au Panthéon

Inscription aux deux journées et/ou à la cérémonie du Panthéon. Merci d’indiquer en toutes lettres vos nom et prénom lors de l’enregistrement, sachant que votre identité reste invisible du public (seuls les administrateurs ont accès aux informations nominales) : http://www.doodle.com/x53kk2h3m9t5gu3h

Pour accéder à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris le 20 septembre, nous vous demandons de télécharger, d’imprimer et de compléter le carton d’invitation suivanthttp://ser.hypotheses.org/files/2012/07/InvitationEntrerRépublique2012.pdf

Contact : contact@revolution-francaise.fr

Débats à la Convention (3). Les tables du Moniteur universel

Nous signalions, dans un précédent billet, la présence de la réimpression du Moniteur universel sur le site books.google ; pour faciliter l’accès à cette source, nous reproduisons ci-dessous les liens qui permettent d’accéder aux deux volumes de tables :

Table de la Réimpression de l’ancien Moniteur, tome 30, Paris, Plon, 1870 (mots A à K) :

https://books.google.fr/books?id=ndZnAAAAMAAJ&pg=PA451&dq=r%C3%A9impression+de+l%27ancien+moniteur+table+r%C3%A9volution+fran%C3%A7aise&hl=fr&sa=X&ei=spgZT7mmNMSIhQfuoYDYDA&ved=0CEgQ6AEwAg#v=onepage&q&f=false
Table de la Réimpression de l’ancien Moniteur, tome 31, Paris, Plon, 1863 (mots L à Z) :
https://books.google.fr/books?id=cqINAAAAIAAJ&pg=PP7&dq=r%C3%A9impression+de+l%27ancien+moniteur+table+r%C3%A9volution+fran%C3%A7aise+tome+trente+et+uni%C3%A8me&hl=fr&sa=X&ei=ypkZT6aXHJCeOr6o5KIL&sqi=2&ved=0CDUQ6AEwAA#v=onepage&q&f=false

Les conventionnels d’après deux cartons des AN

Les conventionnels, d’après deux cartons des Archives nationales
C 352 et 353

Dans le cadre des recherches biographiques sur les conventionnels, deux cartons des Archives nationales peuvent apporter de précieux renseignements aux chercheurs : les cartons C 352 et C 353 des Archives nationales.
Pour aider à dépouiller ces cartons, désormais numérisés et prochainement mis à la disposition des chercheurs du réseau ACTAPOL, voici quelques informations pratiques :

C 352, à partir de la vue 592 : comporte les déclarations d’âge et de mariage des représentants du peuple en exécution du décret du 5 fructidor an II (art. 4 et 5).
Deux séries de tableaux présentent par ordre alphabétique départemental l’état civil des représentants (première série (Ain-Vosges) : vues 605-668, deuxième série (idem) : vues 668-715).
Puis, vues 716-940 : courtes notices résumant les déclarations des représentants (et parfois leurs déclarations originales), classées par ordre départemental

C 353 : Classement, par ordre départemental alphabétique, des déclarations de fortune effectuées par les représentants du peuple à la Convention nationale. Les îles de la Guyane, Réunion, Martinique, Guadeloupe, St-Domingue, etc. se trouvent en fin de classement. Certaines déclarations sont extrêmement détaillées. Quelques unes ont été publiées.

Karine Rance, Université Clermont-Ferrand II

Débats à la Convention (2). Les débats dans le Moniteur universel…

La réimpression du Moniteur universel parue entre 1840 et 1845, en 31 volumes dont deux de tables, est disponible sur books.google.fr

Les volumes peuvent être consultés en ligne, avec recherche par reconnaissance optique de caractères, ou téléchargés.

Lien pour le tome 1 :

https://books.google.fr/books?id=6LA9AAAAYAAJ&pg=PA169&dq=r%C3%A9impression+de+l%27ancien+moniteur+volume+1&hl=fr&ei=3WCHTs3eGomeOr3wjNUB&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CDIQ6AEwAQ#v=onepage&q&f=false

Débats à la Convention (1). Les Archives parlementaires sur Gallica…

Une partie de la première série des Archives parlementaires est disponible sur le site Gallica. On peut y retrouver les débats de la Convention du volume 52 (22 septembre-26 octobre 1792) au 82 (30 frimaire an II/20 décembre 1793 -15 nivôse an II/4 janvier 1794).

La numérisation permet la recherche en plein texte.

Tome 52 : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37235734r

Révolution française ou Analyse complète et impartiale du Moniteur

Révolution française ou Analyse complète et impartiale du Moniteur

Tome 1
Paris, An IX de la République française (1801)

Soixante Portraits font partie de cet ouvrage.
Ils représentent les personnages les plus célèbres de la révolution, l’action la plus marquante de leur carrière politique et ils offrent en même temps la notice historique de leur vie

Lien vers la page numérisée de l’ouvrage

L’équipe

Le partage des tâches s’opèrera de la manière suivante :
Hervé Leuwers, outre la coordination générale, assurera l’encadrement du postdoctorant, la coordination des recherches sur les Conventionnels issus d’une trentaine de départements du Nord et de l’Est (dont Paris) et aura la responsabilité de la première
journée d’étude.
Philippe Bourdin assurera la coordination des recherches sur les Conventionnels dans la trentaine de départements Sud-Est (tâche 2) et aura la responsabilité de la troisième journée d’étude.
Michel Biard assurera la coordination des recherches sur les Conventionnels du grand Ouest (tâche 2) et aura la responsabilité de la deuxième journée d’étude.

La responsabilité de la tâche 4 sera confiée à :
– Pascal Dupuy, pour la bibliographie sur les Conventionnels.
– Laurent Brassart, pour les écrits des Conventionnels.
– Karine Rance, pour le traitement du fonds des Archives nationales consacré à
l’état-civil des élus (C 352 et 353).

ACTAPOL – Projet blanc ANR 2010

ACTAPOL – Acteurs et action politique en Révolution : les Conventionnels

Ce projet a été présenté dans le cadre des appels à projets de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), programme Blanc 2010, par Hervé Leuwers, Philippe Bourdin et Michel Biard.
Il a été reconnu officiellement en juillet 2010. La durée du projet est de 48 mois.

La coordination du projet est assurée par Michel Biard, Philippe Bourdin et Hervé Leuwers, tous trois investis à 40 % de leur temps de recherche. La coordination d’ensemble sera assurée par Hervé Leuwers, à partir du laboratoire IRHiS UMR-CNRS
8529.